GOUVERNANCE COMMUNALE CLIQUEZ ICI !! 

Etoile De David 88882

CALL CENTER ANCB

photo0001

Nous avons 70 invités et aucun membre en ligne

 

Partenaire du développement local

Dans l’ensemble des pays francophones, les élus locaux doivent faire face à de nouveaux défis de gestion urbaine : explosion de la population, prise en compte de la composante développement durable, mise en place de mécanismes de démocratie participative, etc. En première ligne pour l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement, les élus locaux des pays en développement doivent, dans le même temps, intégrer les nouvelles compétences qui leur sont dévolues dans le cadre des processus de décentralisation, en composant avec des moyens financiers et humains généralement faibles. Dans ce contexte, l’AIMF constitue un partenaire de premier plan des collectivités locales et développe son appui autour de deux axes :

Décentralisation et gouvernance locale

Le renforcement des capacités des élus locaux, des cadres territoriaux et des associations nationales de collectivités locales est un élément essentiel des processus de décentralisation. A travers ses programmes, l’AIMF s’attache à renforcer les capacités de ses membres en matière de gestion axée sur les résultats, d’élaboration de plans de développement, de démocratie participative. Elle développe également d’importants projets de modernisation des finances municipales et des services d’état civil. > Développement socio-économique durable Afin de soutenir le développement de ses collectivités membres, l’AIMF apporte son expertise et son financement à des projets locaux portés par ses collectivités membres. Ces projets, qui apportent un bénéfice direct aux populations et concourent à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement, contribuent aussi à la modernisation des services municipaux.

Depuis sa création, l’AIMF a ainsi appuyé près de 1000 projets dans les domaines de l’eau et de l’assainissement, du développement durable, du développement économique, de la santé, de l’éducation, ou encore de la préservation du patrimoine. Pour développer cet appui, elle mobilise les différents niveaux des administrations décentralisées, les administrations centrales, la société civile et les partenaires internationaux (Etats francophones, Union européenne, Agences de l’eau).

Opérateur direct de la Francophonie pour la coopération décentralisée

L’AIMF en décline, au service des élus locaux et de la Francophonie urbaine, les 4 missions principales :

> promotion de la langue française, de la diversité linguistique et culturelle

> promotion de la Paix, de la Démocratie et des Droits de l’Homme

> appui à l’éducation, la formation, l’enseignement supérieur et la recherche

> coopération au service du développement durable et de la solidarité

En portant la voix des collectivités locales dans les instances de la Francophonie, l’AIMF s’attache à défendre et à soutenir la mise en oeuvre des processus de décentralisation et d’une démocratie participative locale impliquant, autour des élus locaux, les autorités déconcentrées de l’Etat et la société civile.

Assemblée Générale

Composée de l’ensemble des membres de l’Association, l’Assemblée générale se réunit chaque année pour définir les orientations de l’association ainsi que les grands principes de son action. Dans ce cadre, elle se saisit d’un thème de réflexion pour adopter des recommandations et un programme d’action. Elle se prononce sur le rapport moral, administratif et financier de l’Association, ainsi que sur le projet de budget. Elle se prononce également sur les demandes d’adhésion et, tous les deux ans, élit le Bureau.

Commissions Permanentes

Six Commissions permanentes ont été mises en place pour animer la réflexion des villes et des associations nationales de villes sur des thèmes qui correspondent aux grandes orientations définies par l’Assemblée générale. Chacune d’entre elle est présidée par une ville, qui l’anime en initiant débats et formations. Leurs présidents siègent au Bureau de l’AIMF.

Commissions

1-Décentralisation et démocratie locale

Présidence : Saint Louis (Sénégal)

2-Développement urbain durable et environnement Présidence : Lausanne (Suisse)

3-Formation et mise en réseau des personnels municipaux

Présidence : Bordeaux (France)

4- Dialogue interculturel et paix

Présidence : Kinshasa (République Démocratique du Congo)

5-Développement local et entrepreneuriat

Présidence : Québec (Canada Québec)

6-Aide humanitaire

Présidence : Nouakchott (Mauritanie)

Historique

1979 : Création de l’AIMF à l’initiative des maires de Paris et Québec, MM. Jacques Chirac et Jean Pelletier. Le Maire de Paris est élu Président de l’association.

1990 : Création, à Tunis, du Fonds de Coopération, dont le but est de financer la réalisation de projets d’équipement urbain.

1995 : Juillet : M. Jean Tibéri, député-maire de Paris, est élu Président de l’association en remplacement de M. Jacques Chirac, élu président de la République française. M. Jacques Chirac est élu Président d’honneur.

Octobre : L’AIMF devient un opérateur direct de la Francophonie (Résolution 19 du Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Francophonie).

2001:M. Bertrand Delanoë, maire de Paris, est élu Président de l’AIMF.

2004 : L’AIMF décide de s’ouvrir aux associations nationales de villes et de porter de 5 à 10 par pays le nombre maximum de ses villes membres.

2009:L’AIMF célèbre son XXXème anniversaire à Paris (1er-3 octobre), sur le thème "Villes et dialogue des cultures"

Comment adhérer

Les Maires des villes francophones et les Présidents ou responsables d’associations nationales de villes francophones qui souhaitent devenir membres de l’AIMF adressent au Président de l’association une demande d’adhésion qui sera instruite au Bureau et, après avis du Maire de la ville capitale concernée, soumise à la décision de l’Assemblée générale. A cette demande doit être joint un extrait de la délibération de l’assemblée municipale, ou dans le cas des associations de villes un extrait de la décision du Bureau de l’association, autorisant cette adhésion. Dans les villes où il n’existe pas d’assemblée municipale, l’avis favorable de l’autorité de tutelle sera éventuellement joint à la demande.

Appuis à l’Association Nationale des Communes du Bénin

  • Projet ’Patrimoine culturel et Développement local’

ACTUALITES COMMUNALES

Echos des Communes