Nous avons 170 invités et aucun membre en ligne


UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE

OUEST AFRICAINE

----------

Le Conseil des Collectivités Territoriales

--------

LE PRESIDENT

---------

 

 

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI - CCT

I)        CONTEXTE ET JUSTIFICATION

  1. L’emploi des jeunes constitue une préoccupation pour les gouvernants nationaux et locaux de l’UEMOA. Les politiques menées au niveau des Etats membres de l’UEMOA ne peuvent pas, à elles seules, résoudre le problème du chômage des jeunes qui représente un important facteur de menace sociale pour la région. La Commission de l’UEMOA veut adopter, à l’instar de celle de l’Union Européenne qui a lancé un Appel contre le chômage des jeunes et instauré « le paquet emploi des jeunes », une politique volontariste en la matière. Le renforcement de l’employabilité des jeunes diplômés, la mise en place de passerelles entre la formation professionnelle et le monde du travail, la promotion de l’entreprenariat agricole doivent faire l’objet d’une attention particulière dans les politiques et programmes à mettre en place.
  1. Le secteur agricole représente le premier réservoir d’emplois et la principale source de création des richesses économiques nationales dans les pays de l’Union.

Ce secteur doit cependant faire à des enjeux majeurs :

  • La raréfaction et l’appauvrissement des terres cultivables : avec l’augmentation des densités rurales, les jachères naturelles de longue durée, qui étaient la base traditionnelle de la gestion de la fertilité ne sont plus praticables et les parcelles cultivées sont de plus en plus contiguës. Il devient donc difficile pour les jeunes désireux de s’intéresser au travail de la terre d’obtenir de grandes parcelles à exploiter.
  • La nécessité d’accroître la productivité du travail agricole : face aux perspectives de croissance des populations urbaines, la FAO estime que si l’on veut maintenir le niveau d’autosuffisance alimentaire actuel, l’excédent moyen commercialisé par chaque producteur agricole devra s’accroître de manière significative (doublement ou triplement) dans les vingt prochaines années.  
  • La nécessité d’insérer les nouvelles générations dans le secteur agricole. Directement liée à la forte poussée démographique de ces quarante dernières années, la forte proportion de jeunes (50% de moins de 17 ans) induit la question de leur insertion professionnelle. Sachant que le secteur rural représente 50% à 80% des emplois selon les Etats membres de l’UEMOA, une bonne partie de la frange des jeunes devra s’installer en milieu rural.
  • L’évolution du métier d’agriculteur. Avec l’évolution démographique actuelle et la mondialisation, les conditions d’exercice du métier d’agriculteur changeront très rapidement au cours des prochaines années. Ces profondes transformations seront, selon toute vraisemblance, trop rapides pour les rythmes d’auto-adaptation des agriculteurs et agricultrices actuels.

Il apparait donc nécessaire de promouvoir la formation professionnelle agricole et d’améliorer les conditions d’exercice du métier d’agriculteur pour attirer les jeunes vers cette profession qui est aujourd’hui considérée comme une activité par défaut.

La Commission de l’UEMOA est dans cette dynamique et a posé des gestes forts en termes d’adoption et de mise en œuvre d’instruments technique et consultatifs de développement.

- La Politique Agricole de l’Union (PAU) adoptée le 10 décembre 2001, vise à apporter des solutions aux trois défis majeurs auxquels l’agriculture de la zone de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) est confrontée, à savoir : (i) nourrir la population de la région dans un contexte de forte croissance démographique et d’urbanisation ; (ii) accroître la production agricole de façon durable par l’intensification et la gestion concertée des ressources naturelles ; (iii) réduire la pauvreté en milieu rural en améliorant le revenu et le statut des agriculteurs. La réalisation de ces différents objectifs relèvent à la fois de l’Union, des Etats, des opérateurs économiques, des organisations professionnelles mais aussi  des collectivités locales.

- La Politique d’Aménagement du Territoire Communautaire (PATC) adoptée en 2004, prévoit de relancer l’aménagement du territoire dans les Etats membres, à travers une politique de décentralisation et de développement. Il s’agit de réaliser des équipements structurants de transport, d’énergie, d’agriculture, etc.

- La création du Conseil des Collectivités Territoriales (CCT) de l’UEMOA, le 30 mai 2011, par la Conférence des Chefs d’Etats et de Gouvernements, traduit la volonté de l’Union d’impliquer plus largement les collectivités locales dans le processus d’intégration.

Les compétences liées à l’emploi et à la formation professionnelle ont fait l’objet, dans la plupart des pays, de transfert de l’Etat vers les collectivités. C’est dans ce contexte que le CCT lance le présent appel à candidature.

  II) OBJET DE L’APPEL A CANDIDATURE

Le présent avis à candidature a pour objet de sélectionner, dans chacun des huit Etats membres de l’UEMOA (Bénin, Burkina-Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo), une collectivité territoriale pour participer au programme « SONGHAI -CCT», et bénéficier d’un appui de la Commission de l’UEMOA pour la formation de deux jeunes au Centre Songhaï de Porto Novo et le financement de leur installation. Ces collectivités territoriales seront recrutées sur la base de leur engagement en faveur de l’insertion des jeunes et du renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle sur leur territoire.

III) ELIGIBILITE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

Toutes les collectivités territoriales (régions, cercles, communes) des huit Etats membres de l’UEMOA sont éligibles au bénéfice  du dispositif d’appui.

Les collectivités territoriales retenues bénéficieront d’un appui de la Commission de l’UEMOA  pour la formation et l’installation de deux jeunes diplômés du secteur agricole. L’objectif est d’installer sur chacun de ces territoires :

  • Une ferme modèle pour exploitant agricole individuel
  • Une ferme modèle pour une PME agricole

IV)  LE PROFIL DES BENEFICIAIRES A INSTALLER

Deux types de profil sont requis :

Les candidats pour  une installation individuelle

Les candidats à une exploitation agricole individuelle doivent respecter les critères suivants :

  • Etre ressortissant d’un des huit Etats membres de l’UEMOA ;
  • Avoir entre 18 et 35 ans ;
  • Pouvoir justifier d’une formation agricole au moins équivalente au CAP ;

Les candidats pour l’installation d’un PME agricole

Les candidats à la l’installation d’une PME agricole doivent respecter les critères suivants :

  • Etre ressortissant d’un des huit Etats membres de l’UEMOA ;
  • Avoir entre 18 et 40 ans ;
  • Pouvoir justifier d’une formation agricole d’un niveau au moins équivalent au BTS ;

Les candidatures féminines devront être encouragées.

V)    LE DISPOSITIF DE SOUTIEN A LA FORMATION ET A L’INSTALLATION

V.1. LA FORMATION DES JEUNES BENEFICIAIRES AU CENTRE SONGHAI

V.1. 1. La durée de la formation

La formation des jeunes se déroulera au Centre Songhaï de Porto Novo au Bénin sur une période de 6 mois du 01 avril 2014 au 30 septembre 2014.

V.1.2. la prise en charge des jeunes bénéficiaires

La prise en charge des jeunes bénéficiaires prend en compte :

  • Le transport du pays d’origine à Porto-Novo.
  • La formation.
  • L’hébergement.
  • La restauration en pension complète.
  • Les déplacements sur les différents sites de formation.
  • Une assurance individuelle accident.
  • Une indemnité mensuelle  forfaitaire de 45.000 FCFA pour les dépenses personnelles.

V.1.3. Le contenu de la formation

La formation portera sur 3 modules :

Un module en production végétale sur :

  • L’aménagement du terrain ;
  • les techniques culturales agrobiologiques en maraîchage, cultures vivrières ;
  • la Maîtrise des différentes formes de fertilisation organique (compostage, effluents, engrais verts...) ;
  • l'ordre des opérations à réaliser pour une  culture, les différentes techniques de labour et de plantation (confection de planches et de pépinières, application de la fumure, repiquage ou semis direct, entretien après semis ou repiquage) ;
  •  la maîtrise des techniques de rotation et de cultures associées ;
  • La connaissance et la maîtrise des différentes méthodes de protection intégrée des cultures contre les ravageurs et les parasites.

Un module en production animale sur :

  • La construction et l’aménagement des fermes ;
  • la maîtrise pour chaque espèce, des cycles de production et la gestion de l'élevage ;
  • la connaissance des différentes races ;
  • la maîtrise de l'alimentation pour chaque espèce considérée ;
  • l’identification des différentes maladies de chaque espèce ;
  •  la gestion de la ferme : définir les objectifs de production, raisonner les investissements, enregistrer les résultats, les analyser et prendre une décision.

Un module en gestion sur :

  • La comptabilité simplifiée ;
  • La gestion des stocks.

Les gestionnaires de PME bénéficieront d’un programme renforcé en gestion d’entreprise.

V.2. L’APPUI A L’INSTALLATION DES BENEFICIAIRES

A l’issue de la formation, chacun des bénéficiaires élaborera, dans un délai de 60 jours, un projet d’installation d’une exploitation agricole intensive selon les modalités suivantes :

Installation d’un technicien agricole  sur une superficie de 2 500 M2 avec :

  • Un kit d’irrigation goutte à goutte de 500 m2.
  • Une parcelle de 1 000 M2 de cultures céréalières (mais, soja…).
  • Une parcelle de 1 000 M2 de cultures vivrières (spécifiques  à la région d’implantation du projet.
  • Un kit d’élevage de volailles.
  • Un kit d’apiculture.

Cout maximum du projet : 3.000.000 FCA.

Installation d’un technicien supérieur agricole sur une superficie de 1 hectare  avec :

  • Un kit d’irrigation goutte à goutte de 2 000 m2.
  • Une parcelle de 5 000 M2 de cultures céréalières (mais, soja…).
  • Une parcelle de 3 000 M2 de cultures vivrières (spécifiques  à la région d’implantation du projet).
  • Une ferme avicole.
  • Un kit d’apiculture.

Nombre minimum d’emplois à créer : 5

Cout maximum du projet : 12.000.000 FCA

VI) COMPOSITION DU DOSSIER

Les collectivités territoriales candidates au programme de soutien devront constituer un dossier comprenant :

  1. 1.   une note d’intention qui présente :

- La situation socio-économique de la collectivité ;

- La politique locale en matière d’emploi ;

- La politique locale en matière de développement agricole et de renforcement de la sécurité alimentaire;

- Les   deux points focaux responsabilisés par la Collectivité Territoriale pour conduire cette démarche :

  Un adjoint (élu) de la Collectivité Territoriale,  en charge des questions agricoles ou d’emploi ;

 Un cadre technique d’un des services concernés par les questions d’encadrement agricole et d’emploi des jeunes.

- Les dispositions prévues pour la mise  disposition de terres pour l’installation des bénéficiaires.

  1. Le plan local de développement de la collectivité territoriale en copie électronique.
  1. Trois (3)  C.V. de candidats à une installation individuelle. Avec  au moins une candidature féminine.
  2. Trois (3)  C.V. de candidats à l’installation d’une PME agricole. Avec  au moins une candidature féminine.
  1. VII.  LE PROCESSUS DE SELECTION

 La sélection des collectivités territoriales se déroulera en deux étapes :

Etape 1 : analyse des dossiers par les comités nationaux de sélection.

Les dossiers reçus et conformes aux conditions de dépôt, seront examinés par un Comité national de sélection, dans les quinze (15) jours qui suivent la date limite de dépôt des dossiers, sur la base de critères uniformisés pour les 8 Etats membres (annexe 2). Le Comité national sera composé des représentants des collectivités territoriales, de la Chambre Nationale d’Agriculture et des ministères chargés du secteur privé, de la jeunesse et de l’emploi.

Les dossiers de candidature doivent être déposés au plus tard le 17 mars 2014 à 17H00 au siège des Associations des Pouvoirs Locaux de chaque Etat membres.

Une liste restreinte des 3 meilleurs dossiers sera transmise au CCT.

Etape 2 : sélection par le Comité  de sélection du CCT.

Les dossiers reçus et examinés au plan national seront ensuite transmis avec le procès-verbal du Comité national de sélection, au Comité de sélection du CCT, composé de représentants de la Commission de l’UEMOA, du CCT et du Centre Songhaï.

ANNEXES

ANNEXE 1 : CANEVAS DE LA NOTE D’INTENTION

 

ANNEXE 2 : GRILLE D’EVALUATION DES COLLECTIVITES TERRITORIALES CANDIDATES

 

 Télécharger l'appel à candidature:

 

ACTUALITES COMMUNALES

Echos des Communes